Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Recherche

9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 21:30

Ma Bien Aimée


Ma Bien-Aimée est venue et Ses mille bras m'ont enlacés.
Elle m'a baisé de Sa bouche, s'est allongée sur ma couche
et j'ai connu son parfum.
Que dire lorsque le coeur, le corps et l'âme
se fondent dans une onde de feu ?
Ah! Que le coeur est triste lorsque l'Océan se retire
et laisse à nu la plage, abandonnant la rive !
C'était la marée de syzygie.
Mais voilà qu'une marée plus grande encore
me submerge et m'accable,
une marée qui jamais ne se retire...
Qui dit que les dieux et les déesses ne visitent plus les hommes ?
Tout n'est que prémisses et balbutiements
jusqu'à l'Instant ou l'Epoux paraît.
Le corps est le vase où éclôt le Coeur.
Sublimation, quintessence de la quintessence...
Comment le créé peut-il contenir l'incréé ?
Celui que rien ne crée cueille la fleur qu'Il a semée.
Il est des Hommes-Soleil qui, morts depuis des siècles,
rayonnent encore tout comme ces étoiles, éteintes dit-on jadis,
qui brillent dans la nuit d'aujourd'hui.
Ainsi Christ et Ram, Bouddha et Karuna...
Non par les pauvres écrits transmis par les scribes et les copistes !
Mais par la Radiance de leur Coeur,
par les Ondes d'Amour que la ténèbre révèle
lorsque les pensées des hommes, comme les nuages lourds,
n'obscurcissent plus la Lumière Noire.

Extrait de Poèmes jaillis du Coeur par Fin'Amor, disponible sur demande.


&&&

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Régor - dans Poème
commenter cet article

commentaires