Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Recherche

10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 08:23

"LE SIGNE DE JONAS" 

 

 

« Si Jonas m’était conté »

 

 par

  

Robert-Régor Mougeot


 

 

 

Introduction

 

 

 

      Les peuples anciens avaient la sagesse de se référer à des mythes, des contes, des légendes que l’Inspiration leur dictait. Pour eux, le temps était cyclique et non point linéaire. Ils racontaient des histoires… édifiantes, exemplaires, porteuses de valeurs… Ils n’avaient pas encore, ces peuples, construit ce carcan aberrant qu’est l’histoire des historiens qui ont longtemps pensé que tout commençait avec l’écriture !

     Comme beaucoup de scientifiques occidentaux, les historiens se coupent de l’Esprit, du monde d’en haut, de la Source, cherchant à leurs allégations des preuves dites “historiques”, toujours partielles, truquées, pipées, interprétées, traduites de façons mensongères, trahissant les divers sens que les mots, les symboles, les hiéroglyphes, les lettres peuvent prendre pour qui est inspiré par l’Intelligence. La plupart des faits mythiques, bien réels pourtant, ne sont aucunement vérifiables à ce niveau, ayant lieu d’abord, non pas dans l’espace-temps que les terriens habitent, mais sur un autre plan beaucoup plus subtil, celui de l’Espace infini…

     Les peuples anciens recevaient leurs connaissances, leurs sciences, les rituels de leur religion, leurs savoir-faire par Inspiration, en songe, en méditation, lors de quêtes de vision et l’Origine de tout cela était non humaine, comme tous les livres les plus anciens, les Védas, la Baghavad Gîta, la Bible, le Coran… La Légende amérindienne de la Femme-Bison-Blanc, « Lila Wakan »,envoyée par Wakan Tanka au peuple Sioux conte qu’elle apporta à ces peuples les enseignements pour qu’ils vivent en paix et leur fit don du rituel de la pipe sacré, du calumet de la paix, pour leur permettre de se relier au Grand Esprit (1).

     Les humains reçoivent leurs Enseignements directement de la Source par l’Avatara, « celui qui manifeste son Corps de Lumière par le processus de la densification de la Lumière de temps en temps sur la Terre quand cela est nécessaire », ou bien par le Boddhisattva « qui a obtenu la Boddhi à la suite de ré-incarnations par matrice humaine et qui, Réalisé, consent à se réincarner soit à nouveau par matrice humaine, soit par manifestation-présence par corps humain (2) ». Beaucoup d’Avatara et de Boddhisattva orientaux sont connus, mais les amérindiens comme les aborigènes australiens, les peuls du Mali et bien d’autres peuples en tout temps et en tout lieu, furent ainsi enseignés. Et l’Avatara peut être une femme comme dans le cas de la Femme-Bison-Blanc !

     Vivant leur mort, les humains rejoignaient, lorsqu’ils passaient « de l’autre côté », les ancêtres, le pays des chasses éternelles, le Temps du Rêve, le Paradis… La mort n’était pas étrangère à la vie mais une porte, un passage, vers une autre forme d’existence. Et l’âme quittant le corps de chair, voyageait pour rejoindre chez les Egyptiens la constellation d’Orion, chez les Incas la celle du Condor, chez les Dogons des falaises de Bandiagara l’étoile Sirius, … « Il y a beaucoup de demeures dans la Maison du Père », disait le Christ.






     



         En se coupant du « Ciel », non pas le ciel des astronomes, mais les « Ciels » de la Bible, ceux des Soufis, l’humain se coupe de son essence divine et les conséquences en sont terribles.
        Tous les peuples ont eu leurs épopées, et peu importe qui en est l’auteur, et si les faits se sont bien déroulés ainsi, etc. L’action se passe d’abord sur un autre plan, célestiel, avant que d’avoir sa correspondance terrestre. L’époque actuelle ne connaît plus que les charniers des conquêtes coloniales, des exterminations des peuples indigènes, des guerres mondiales, des génocides et des attentats aveugles, une violence qui envahit tout, les journaux, les jeux vidéos, les films, les romans… et crée dans les esprits une confusion extrême alors que tout est donné par la Source créatrice pour la joie, la paix, la vie véritable par l’Energie Amour qui crée les mondes. Cette Source n’impose rien ! A l’humain de faire son choix : vivre l’Illusion mayatique dans sa justesse en connaissance de Cause, ce qui mène à une mort pour la Vie, ou bien sombrer dans l’illusoire d’une contre-nature qui mène à la mort pour la mort !

       L’homme occidentalisé ne se sait plus immortel, ou bien n’a plus qu’une vague croyance caricaturale qui, pour les extrémistes de tous bords, les poussent aux crimes et aux assassinats, qui plus est au nom de Dieu ! Quelle aberration ! Au mieux, les croyances routinières dites “spirituelles”, ne peuvent porter les êtres vers la vérité et ne sont aucunement opératives. Elles sont devenues des caricatures qui ne peuvent qu’être balayées par le Souffle de l’Esprit qui crée à chaque Instant toutes choses nouvelles…

 

      L’Energie-Amour transcende la logique formelle humaine dont les vérités, toujours hypothétiques, créent l’irréel et l’illusoire dans lequel l’humain se débat en vain. Les croyances scientifiques inondent les esprits conditionnés et les maintiennent dans l’exil puisqu’ils se trouvent ainsi confinés dans la dualité, hors de la Vérité qui naît de son absence.. Le règne de la Bête dont parle l’Apocalypse de Jean est celui de la bêtise humaine. La perte du bon sens s’avère de plus en plus suicidaire, mais l’aveuglement et l’entêtement sont extrêmes et induisent des rectifications de plus en plus douloureuses. Les fruits en sont les génocides, les guerres, les massacres, mais aussi les catastrophes que les plus clairvoyants voient bien que leurs causes ne sont en rien naturelles, mais dues aux imprudences gravissimes de ceux qui ne vivent que de cupidité. Cupides d’argent, de titres, de reconnaissance… dont la réussite apparente crée les famines, les épidémies, les drames dits « humanitaires » !

      Pour dépasser la Nature, il faut la connaître, la respecter, être en intelligence avec elle et non pas lui faire la guerre, la détruire, l’exploiter. L’affirmation de soi ne peut se faire contre elle ; au contraire, il faut entrer dans son intelligence pour pouvoir la commander pour le juste aboutissement de l’Humain véritable. Se répand actuellement hélas une société, un monde contre-nature, monstrueux et aberrant, porteur de tous les malheurs qui s’abattent sur les apprentis sorciers. Mais s’ensemence un Nouveau monde riche de tous les possibles que produit l’Energie Amour.

Alors, comme en tout temps, est rappelé l’essentiel une nouvelle fois conté…

 

 

 



1 Voir : la revue Guetteur de l’Aube n° 3, juin-juillet 2008, « Femme-Bison-Blanc » p.33 et l’article écrit par Cécile Courtat paru dans la revue Sacrée Planète, n°25, décembre 2007.

2 Platon le Karuna, La Séparativité, Editions de la Promesse, 2008, pp. 40-41.

(A Suivre)


Voir :
LA CREATION D'UN MONDE 
                                                                                                     
&&&

Partager cet article

Repost 0
Published by Régor - dans Articles
commenter cet article

commentaires