Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Recherche

25 juillet 2008 5 25 /07 /juillet /2008 10:10

 

L’OISEAU DU HAUT ET L’OISEAU DU BAS

 

 

Il était une fois un arbre immense dont les racines plongeaient
jusqu’au centre de la terre
et dont les plus hautes branches touchaient à la cime du ciel.



Dans les branches du bas, un oiseau vivait sa vie,
voletant de-ci de-là autour de son nid,
à la recherche de la nourriture pour ses petits.
Il était affairé et toutes ses journées étaient ainsi occupées.
Lorsque la nichée prit son envol, il s’amusa, tout en cherchant sa nourriture,
à monter un plus haut dans les branches de l’arbre.
De jour en jour sa curiosité s’éveillait
et il montait un peu plus haut chaque fois.

Puis sa vie d’oiseau de nouveau l’absorbait totalement,
mais… le goût de l’aventure peut-être, une nostalgie,
l’envie de voir toujours plus haut le reprenait.
Il se risquait chaque fois un peu plus, tant et si bien qu’un jour,
dans les hautes branches,
il entr’aperçut un autre oiseau qui lui sembla immobile,
alors que lui était toujours dans le mouvement,
volant, sautillant et piaillant.

Dès lors, sa curiosité s’étant aiguisée,
il n’eut de cesse de reprendre le chemin des hautes branches.

Chaque fois qu’il entrevoyait l’oiseau du haut, une sorte de crainte l’étreignait
et il redescendait dans les branches du bas, si familières et rassurantes.

 

Un jour cependant, il osa, monta, monta, monta… ;
il aperçut en effet cet oiseau immobile et s’approcha de lui.




Il vit alors que cet oiseau, c’était lui



Extrait de Régor (Robert Mougeot), Content qui coulent de Source, EDIRU, 2006. 




Arbre de l'Univers.
Estampe de la chambre des offrandes, par le chinois Won Yong, 168 après J.-C.


&&&


L'OISEAU D'EN HAUT

 

                      J’ai demandé à mon Seigneur :

- Où est mon âme lorsque je dors ? 

 

L’Oiseau de mon cœur s’envole alors

et va rejoindre, tout là-haut,

l’Oiseau magique, immobile,

au sommet de l’Arbre de la Vie.

 

Il prend ses ordres de Lui,

car l’Oiseau d’en haut, Sans Forme,

crée cette forme, l’anime

et lui fait connaître les formes de cette vie,

les fruits qu’Il y goûte,

les mots qu’Il écrit,

les gestes qu’Il accomplit…

 

Grand est ce mystère,

l’Union du Sans Forme

et de celui qui goûte aux fruits de la vie, les formes.

 

 

Extrait de

Régor (Robert Mougeot)

Poèmes jaillis du Cœur par Fin’Amor,

        à paraître.

   Vitrail de l'église de Rilly-la-Montagne, Aube.

**************

Partager cet article

Repost 0
Published by Régor - dans Conte
commenter cet article

commentaires